iarc newsletter
FAIRE UN DON
EN FR
EN FR

Branche Epidémiologie de l’environnement et du mode de vie (ENV)

A propos

La Branche Epidémiologie de l’environnement et du mode de vie (ENV) est à la pointe des efforts déployés pour identifier des facteurs de risque de cancer modifiables et des facteurs de protection afin d’appuyer la vision du Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) « Pour un monde où le cancer régresse ». Concernant les facteurs liés à l’environnement et au mode de vie, le CIRC et la Branche ENV étudient les substances potentiellement cancérogènes présentes dans différents milieux – les sols, l’eau, l’alimentation et l’air – auxquelles les humains sont exposés sur leur lieu de travail, à leur domicile et dans l’environnement général. Ces facteurs englobent également tous les types de rayonnement (ionisant, optique et non ionisant), ainsi que des facteurs liés au mode de vie tels que les coutumes ou les comportements découlant de choix individuels ou de conditions de vie dans un contexte socioéconomique et culturel donné.

Les facteurs liés à l’environnement et au mode de vie ont été reconnus et identifiés comme contribuant à environ 50 % du fardeau mondial du cancer, et on s’attend à ce qu’ils participent au risque pour les 50 % restants dont les causes restent encore inconnues à ce jour. La prévention primaire repose sur la connaissance de ces facteurs car la plupart d’entre eux sont modifiables ; il est ainsi possible d’éviter totalement de s’y exposer ou du moins de limiter l’exposition pour en atténuer les effets nocifs. Ces mêmes facteurs sont aussi à l’origine des inégalités sociales face au cancer qui touchent très souvent les personnes les plus faibles et les plus vulnérables de la société, tant au sein des pays qu’entre eux. Concernant le lien entre environnement, mode de vie et cancer, il reste aujourd’hui d’innombrables questions sans réponses et, comme un défi supplémentaire, probablement beaucoup d’autres qui n’ont pas encore été envisagées. Dans le cadre de sa stratégie pour définir ses priorités, la Branche ENV a à cœur de réaliser la mission du CIRC, à savoir : mener une recherche sur le cancer qui a un réel impact. Cette mission guide la sélection de ses projets visant à avoir un retentissement plus fort et durable sur la santé publique.

La Branche ENV consacre l’essentiel de son programme de recherche aux cancers attribuables à l’environnement, au milieu professionnel, au mode de vie et aux rayonnements. Au cours des sept dernières années, elle a développé deux autres axes de recherche importants : la survie au cancer et l’application des connaissances. Plus précisément, la Branche ENV étudie la survie aux cancers les plus fréquents, potentiellement de bon pronostic mais difficiles à prévenir, dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI). Concernant l’application des connaissances, elle mène des recherches sur la mise en œuvre de mesures de prévention et leur diffusion auprès de la population générale, des professionnels et des promoteurs de santé, et des responsables politiques. Chacun de ces programmes de recherche présente un intérêt à l’échelle mondiale. Ainsi, à travers son choix des contextes d’étude et des populations prioritaires, la Branche ENV concentre ses efforts sur quatre principaux domaines de recherche :

  • recherche dans des milieux où les populations sont exposées à des niveaux élevés de substances présumées ou reconnues cancérogènes présentes dans l’environnement, sur le lieu de travail ou associées à des modes de vie courants ;
  • études sur les types de cancer les plus fréquents et sur des expositions particulières, environnementales, professionnelles ou liées au mode de vie, dans des contextes où la recherche étiologique est insuffisante ;
  • pour les cancers de bon pronostic, dans les milieux où les taux de survie sont cependant médiocres, études visant à évaluer le rôle de déterminants sociaux et biologiques plus larges sur l’évolution de la maladie et son pronostic ;
  • avec les collaborateurs respectifs, concrétiser et catalyser les connaissances acquises sur les facteurs de risque – liés au mode de vie, à l’environnement, au travail et aux rayonnements – ainsi que sur le dépistage et la vaccination, en recommandations au niveau individuel et au niveau de la population.

Pour atteindre ses objectifs, la Branche ENV mène des études épidémiologiques internationales collaboratives en coordonnant notamment des consortiums internationaux, ainsi que des études épidémiologiques analytiques ciblées, souvent multipays. En donnant la priorité à des projets de recherche spécifiques, elle veille à ce que le Centre remplisse sa fonction particulière et primordiale sur le plan international, en tant qu’agence spécialisée au sein de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de la famille des Nations Unies.

Ainsi, la participation de la Branche ENV facilite les collaborations internationales, permet de surmonter les barrières politiques et offre une meilleure visibilité aux collaborateurs locaux tout en renforçant la confiance dans leur travail. La Branche ENV est également un véritable chef de file au sein du CIRC pour le lancement de nouvelles études en apportant son assistance aux collaborateurs locaux possédant une expertise spécifique, tant au sein de sa propre équipe que dans l’ensemble du Centre et de son vaste réseau international.

En mettant l’accent sur les facteurs de risque liés à l’environnement – notamment le milieu professionnel et les rayonnements – et au mode de vie, la Branche ENV comble une lacune majeure de la recherche pour mieux cerner ces facteurs et comprendre la charge du cancer qui leur est attribuable. En droite ligne avec la mission internationale du CIRC, elle concentre plus particulièrement ses travaux sur les PRFI, ce qui est justifié car dans ces derniers, les niveaux de pollution environnementale sont souvent plus élevés et les mesures de protection des travailleurs et des résidents moins développées. La Branche ENV a également pour objectif d’identifier et d’étudier des modes de vie et des expositions propres aux PRFI et à d’autres contextes qui seraient susceptibles d’influer sur la cancérogenèse.

La Branche ENV contribue aussi largement aux activités fondamentales de longue date du CIRC visant à investir dans le renforcement des capacités individuelles, infrastructurelles et institutionnelles. C’est cette philosophie qui guide sa façon de mener des études, surtout dans les PRFI où il est essentiel que les bénéfices de la recherche s’étendent au-delà du projet individuel. La Branche ENV joue aussi un rôle clé dans l’application des résultats de la recherche à la prévention du cancer. Ces résultats permettent par exemple d’informer les autorités internationales et nationales concernées sur la protection des travailleurs, par exemple contre les rayonnements. Plus directement, la Branche ENV coordonne les recherches en matière de prévention du cancer dans le cadre de l’initiative du Code mondial contre le cancer. Elle préside également la plateforme Cancer Prevention Europe (Prévention du cancer en Europe),

 

 

Epidémiologie de l’environnement et du mode de vie
A propos Recherche Publications Sites internet associés Personnel

 

Fermer mode lecture
HAUT